MJCF UEC Avant-Garde Facebook Twitter Youtube

Fédération de Loire-Atlantique

Fédération de Loire-Atlantique

Pour une université de qualité et contre les coupes budgétaires : à Nantes, les étudiants se mobilisent en novembre !

 

Agenda UEC



Flux rss

.

 

le 03 novembre 2014

 
 

Pour une université de qualité et contre les coupes budgétaires : à Nantes, les étudiants se mobilisent en novembre !

 

Pour la réussite des étudiants et face à la pénurie budgétaire des universités, les étudiants communistes à Nantes comme ailleurs sont à l'initiative et vous invitent à participer :

  1. A une réunion publique le 13 novembre contre les coupes budgétaires

  2. Au référendum national étudiant contre les coupes budgétaires du 19 au 21 novembre

 

Depuis 2008 et le passage à l'autonomie, les universités ne peuvent plus fonctionner correctement car les dotations de l'Etat diminuent. A Nantes, après la disparition de la licence Infocom à la rentrée 2013, l'an dernier la licence sciences de l’éducation était menacée et n'a survécu que grâce à la mobilisation.Partout, les universités peinent à accueillir et former les étudiants, faute de moyens financiers suffisants. Leur déficit explose. En 2010, 2011, 2012, 2013, et 2014, l'Université de Nantes a accusé un déficit de plusieurs millions d’euros. Un plan de coupes drastiques a été mis en place. Ces coupes budgétaires prennent des formes multiples :

  • Malgré des effectifs étudiants en hausse,cinquante postes d’enseignants et vingt-six de personnels de bibliothèques, de service, de santé, d’administratifs, de techniciens ont étégelés. Le budget 2014 était encore déficitaire.

  • En licence de sociologie, sur les trois niveaux, dix TD et quatre cours magistraux ont été supprimés. En psycho, les groupes de TD sont passés de 36 à 45.

  • En anglais, dans la plupart des TD en première et deuxième année de licence, les étudiants sont cinquante alors qu’ils étaient trente il y a encore un an. C'est une absurdité de donner des cours de langues avec ce type d’effectifs.

  • Les bibliothèques universitaires ont vu leur budget pour l'achat de livre neuf divisé par deux. En LSHS, la bibliothèque manque d’exemplaires d’ouvrages préparant au Capes et à l’agrégation. Alors que le nombre de personnels de BU est tout juste suffisant pour permettre d'ouvrir aux horaires indiqués et d'assurer la sécurité en cas d'incendie, des contractuels seront à nouveau supprimés. Des BU devront-elles fermer comme à Clermont ?

 

Réunion publique sur la situation budgétaire critique de notre Université et la mobilisation à enclencher

Jeudi 13 Novembre 2014

à 12h15 en Censive (salle 2000)

 

 

Ces lourds problèmes budgétaires contribuent à l'échec massif des étudiants. Trois étudiants sur quatre ne seront pas diplômés au bout de trois ans. Et pour ceux qui obtiennent leurs diplômes, commence de longs mois de galère, entre petits boulots et période de chômage. Cela freine l'économie du pays tout entier.

Pourtant, des solutions existent pour sortir de l'impasse avec un réinvestissement budgétaire de l’État. 6 milliards d'euros sont gaspillés tous les ans dans des crédits d'impôt aux entreprises pour soit disant faire de la recherche. Inutile et inefficace selon la Cour des comptes, cet argent doit servir aux étudiants et aux universités. Nos diplômes et nos formations doivent reconnus et de même valeur partout sur le territoire.

 

Pour obtenir ces mesures nécessaires pour la réussite des étudiants, la mobilisation commence dès le 10 novembre partout en France avec un référendumnational étudiant contre les coupes budgétaire et continue tout au long de l'année ! A Nantes, le référendum étudiant aura lieu du 19 au 21 novembre.

 

Le référendum étudiant du 19, 20, 21 novembre, c'est quoi exactement ? 

Un référendum étudiant est organisé à l'initiative de l'UEC sur les différents campus de France par 130 associations étudiantes qui font vivre et animent les universités. A Nantes du 19 au 21 novembre, des bureaux de vote seront mis en place pour que chaque étudiant et chaque étudiante puissent venir s'exprimer librement sur l'avenir de leurs facs, leurs conditions d'études et la qualité de leurs diplômes. C'est le moment où chacun peut construire une université qui répond à ses besoins et au développement économique du pays.

C'est le point de départ pour s'engager contre les nouvelles coupes budgétaires qui nous seront imposées à l'Assemblée Nationale et dans nos établissements en décembre !