MJCF UEC Avant-Garde Facebook Twitter Youtube

Fédération de Loire-Atlantique

Fédération de Loire-Atlantique

L’ACCÈS À LA SANTÉ : UN DROIT POUR TOUS LES ÉTUDIANTS !

 

Agenda UEC



Flux rss

.

 

le 06 décembre 2012

     

    Les jeunes de plus en plus écartés du système de santé !

             En 2012, un tiers des étudiants ont renoncé à consulter un médecin faute de moyen, de temps : on espère qu’en attendant un peu, on guérira.

    Le constat :

    · La médecine universitaire au bord du gouffre :

             Avec les restrictions budgétaires à l’université, le Service Universitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé (SUMPPS) manque cruellement de moyens : Avec seulement 16 médecins pour 33 000 étudiants, le SUMMPS a un ratio proche d’Haïti, pour la seule offre gratuite de soins pour les étudiants.

    · Sélection sociale dans l’accès aux soins :

    11,9% des étudiants déclarent renoncer aux soins pour des raisons financières, les dépassements d’honoraires et les franchises médicales sont autant de freins à l’accès à la santé.

    · Vers une privatisation de la santé :

    Alors que la sécurité sociale étudiante ne rembourse pas tout, nous assistons à l’émergence de mutuelles privées. Celles-ci, hors de prix, s’inscrivent dans une logique marchande de la santé que nous refusons.

    Des mesures d’urgence :

    · Création de centres de santé 100% gratuits sur l'ensemble de nos lieux d'étude avec les moyens nécessaires.

    · Remboursement à 100% de l’ensemble des frais de santé, de contraception par la sécurité sociale.

    Un statut social pour la jeunesse :

    L’Union des étudiants communistes aspire à un statut social du jeune travailleur en formation. Ce qui se traduit pour la santé à rattacher la sécurité sociale étudiante au système générale. Nous voulons affirmer le principe que l’accès au soin doit se faire en fonction des besoins de chacun et non de ses moyens.

    Le malade ne doit pas en plus de son cancer se retrouver endetté pour payer ses soins.  C’est le principe de la sécurité sociale tel que l’ont voulu les communistes en 1946. A savoir la socialisation des richesses produites par la société et donc les travailleurs afin de répondre aux besoins du peuple. Il est légitime que l’étudiant, jeune travailleur en formation, n’en soit pas exclu.

    La question de la santé est une ambition morale portée par les communistes et un exemple concret de mise en commun des richesses aux bénéfices de tous, sans discrimination.